Canal de Jonage

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Intervention de Anne Reveyrand

Conseil de la métropole du 21 septembre 2015

Monsieur le Président, chers collègues,

J’ai beaucoup de plaisir à intervenir sur  cette  délibération  qui  a  pour  objet  le  financement  des  appontements  de  la  navette  fluviale  du  canal  de Jonage, pour avoir suivi ce projet depuis ses débuts, pour avoir rencontré des architectes navals, réfléchi aux différents  objectifs  d’un  tel  bateau  et  imaginé  ses aspects  pédagogiques  et  touristiques,  en  tant  qu’élue  du Syndicat du canal de Jonage.

Cette navette, nous en avons beaucoup parlé. Elle est maintenant là depuis un peu plus d’un an et les questions résolues avant sa mise en service ont resurgi quand le chantier naval l’a eu livrée. C’est alors que les critiques sont allées bon train : on a parlé de gabegie, d’impéritie ! La presse était là et c’est tant mieux. Elle a permis d’apporter une réponse à nos concitoyens. Toutes ces questions ont depuis trouvé réponse, notamment celles liées à la sécurité.

Ce projet est porté par le Syndicat du canal de Jonage. Il s’inscrit dans la volonté de revalorisation  du territoire du Rhône amont et de l’est lyonnais dans l’esprit du schéma de cohérence territoriale. La valorisation du canal de Jonage, de son patrimoine naturel remarquable et de son patrimoine industriel plus que centenaire :usine hydro-électrique de Cusset, déversoir d’Herbens, barrage de Jonage, est en cohérence avec les autres initiatives du territoire menées dans une démarche partenariale: Anneau bleu, Via Rhôna, Carré de Soie, L’îloz (centre eau  et  nature  du  grand  parc  de  Miribel-Jonage),  pour  n’en  citer  que  quelques-uns.  La  mise en circulation de cette navette fluviale à propulsion électro-solaire permet la découverte de paysages inconnus jusque-là car la vue  depuis  ce  bateau  est  bien  différente  de  celle  depuis  les  berges.  Par  un  moyen  respectueux  de l’environnement, ce mode doux de transport s’inscrit évidemment dans la dynamique de réduction de l’impact des activités humaines sur l’environnement, notamment par la réduction des gaz à effet de serre.

Ce bateau n’est pas une simple embarcation mais un projet partenarial d’envergure. Ce projet, né d’une volonté de faire du canal un atout fort pour le territoire Rhône amont conforte ainsi les transformations de l’est lyonnais.

Cette  navette  touristique  présente  le  double  avantage  d’accompagner  l’exploitation classique du canal  assuré par Electricité réseau distribution France (ERDF) et l’ouverture de cette infrastructure à la navigation de tourisme comme  un  véritable  outil  de  développement  du  territoire  de  l’est  lyonnais.  Et  les  partenaires  ne  s’y  sont  pas trompés et n’ont pas hésité à apporter leur contribution : l’Europe, l’Etat, la Région Rhône-Alpes, ERDF dans ses mesures d’accompagnement au contrat de concession du barrage de Cusset, le Conseil départemental de l’Ain, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).

Je salue l’investissement de notre Métropole dans ce projet. Il est aujourd’hui inscrit dans cette délibération. Les embarcadères Carré de Soie en proximité du pôle multimodal, pont de Décines Charpieu, Iloz en rive gauche pour accéder au grand parc, Grand Large sur Décines Charpieu, Grand Large sur la base de voile de Meyzieu, barrage de Jonage permettront d’accéder depuis les  communes riveraines. La participation de la Métropole à cette réalisation des appontements représente un coût de 808 000 €.

Cet été 2015, la navette fluviale qui peut transporter 70 personnes a navigué grâce à une convention de gestion passée avec la société publique locale Rhône amont.6 croisières commentées organisées autour d’une boucle depuis  l’appontement  halte  technique  de  Meyzieu  étaient  proposées  chaque  semaine,  transportant  ainsi 3 200 passagers.

Ces appontements sont une condition sine qua non du bon fonctionnement de la navette. Il en est une autre qui permettra le développement de cet outil, c’est la réhabilitation de l’écluse de Jonage qui permettrait de remonter jusqu’à la confluence -je veux parler de la confluence avec l’Ain qui se fait à Jons-.

Il conviendra sans doute, à l’avenir, de conduire une réflexion d’ensemble sur les enjeux de navigation à l’échelle de la Métropole et du haut Rhône. Je n’ai jamais douté de l’intérêt de ce projet pour le Rhône amont et au-delà pour  l’ensemble  de  l’agglomération  qui  trouve  là  une  mise  en  valeur  essentielle  à  l’attractivité  de  ce secteur longtemps  considéré  comme  un  exutoire  de  la  ville,  tant  pour  les  loisirs  de  la  population de la Métropole qui trouvera là une diversification à ses destinations  habituelles que pour un tourisme plus éloigné, français voire européen en lien avec la Via Rhôna ou en journée nature pour des visiteurs du riche patrimoine urbain lyonnais.

Le groupe La Métropole autrement votera ce rapport.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s