Contrat métropolitain 2016-2020 – Déclinaison du 6ème contrat de plan Etat-Région (CPER)

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Intervention de Jean-Paul Bret

Conseil de la métropole du 21 septembre 2015

Monsieur le Président, chers collègues,

D’abord,  monsieur le  Président,  vous  avez  rappelé  l’essentiel  en  propos  liminaires :  aujourd’hui,  ces  contrats, que  ce  soient  des  contrats  métropolitains,  les  volets  métropolitains  des  contrats,  le  CPER,  cela  décline des volets essentiels de nos politiques. Il y aurait quelque irresponsabilité, je crois, à ne pas le voir et à s’abstenir ou même à voter contre. Pour l’instant, personne ne l’a dit, sauf monsieur Geourjon. Je trouve que, là-dessus, il faut voir un petit peu plus loin qu’une position politicienne dans une assemblée. Je ne sais pas ce que les autres vont faire mais, je le dis, je vous fais plutôt confiance là-dessus, je fais plutôt appel à la responsabilité de chacun.

Moi, j’ai participé, dans le mandat précédent, aux réunions du CFAC. Je représentais la Métropole avec quelques autres  et  il  y  avait  des  représentants  élus  de  la  Région.  C’était  un  dialogue  exigeant,  fructueux  -d’ailleurs, monsieur Bérat, je ne sais pas s’il est toujours là, y participait- et je trouve que, tous ceux qui participent de près à cela ont tous pu vérifier l’effet levier. Et je crois qu’au-delà même de l’aspect quantitatif qui est important, il y a un aspect qualitatif qui montre qu’on travaille ensemble et je voudrais qu’on fasse un peu attention là-dessus, -mais c’est un propos plus général- au nom du principe de spécialisation, en disant : « Celui-là doit faire, celui-là et pas l’autre » ; je pense que quelquefois la réflexion montre qu’en travaillant ensemble, en participant ensemble à des actions, on dégage des aspects positifs plutôt que d’avoir chacun son domaine de spécialité.

Je dis cela parce qu’on a entendu souvent ce propos qui, sous un apparent bon sens, n’est pas forcément très positif pour les politiques que mènent nos collectivités territoriales, que ce soit en l’occurrence ici la Métropole ou que ce soit la Région. Donc vraiment, je ne veux pas redire ce que beaucoup ont dit pour ne pas avoir un propos redondant sur les différents aspects qui sont évoqués dans ce contrat métropolitain mais tous, je crois, méritent d’être soutenus et tous exercent des effets positifs et d’intelligence sur les politiques que nous menons.

Je  dirai  simplement  un  mot  sur  le  secteur  qui  me  concerne  un  peu  plus,  dans  la  délégation  que  j’exerce aujourd’hui  dans  ce  mandat-là,  qui  est  celui  de  la  Vice-Présidence  aux  universités :  le  contrat  de  plan Etat Région  cette  fois-ci,  tout  de  même,  c’est  quelque  chose  d’essentiel  au  niveau  de  la  politique  universitaire.

Certains, au début d’ailleurs des discussions, craignaient que l’Etat ne se désengage, le Président s’en souvient, il a fallu sans doute intervenir mais, finalement, l’Etat est arrivé à un niveau qu’on peut estimer convenable et, sur la partie universités, les 150 M€ sont répartis à peu près à parts égales entre l’Etat, la Région et la Métropole. Et nous y avons inclus aussi, à notre demande, le problème du Centre international de recherche contre le cancer qui trouve là finalement un cadre qui l’abrite et qui permet à la Ville de Lyon et à la Métropole de conserver sur leur territoire un outil internationalement reconnu et qui compte dans le paysage universitaire et scientifique.

Donc, voilà, le CPER dans son volet universitaire, aujourd’hui, est quelque chose d’extrêmement positif. Je ne veux  pas  énumérer  puisque  j’ai  dit  que  je  ne  voulais  pas  être  redondant  mais  il  y  a  29 opérations  qui  sont financées dans le cadre du CPER pour un montant de 150 M€, que ce soit la Fabrique de l’innovation, que  ce soit le neuro-campus qui était engagé dans le mandat précédent qui va trouver là une concrétisation. On pourrait les  citer  tous,  tous  ont  une importance essentielle pour notre agglomération et toutes ces opérations  ne sont rendues  possibles  que  par  un  dispositif  contractuel,  avec  un  niveau  qualitatif  et  quantitatif  d’engagement  des partenaires.

Voilà, il me semble que cette importance devrait être présente à l’esprit de chacun en responsabilité ici dans cette assemblée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s