Projet d’amélioration des performances de la ligne de bus C3

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Intervention de Jean-Paul Bret

Conseil de la métropole du 2 novembre 2015

Monsieur le Président, chers collègues,

Au-delà du contenu de cette délibération qui, je le rappelle, concerne la mise en compatibilité du PLU avec le projet de ligne C3, important mais petit enjeu par rapport à la ligne elle-même, c’est évidemment l’occasion -et ceux qui m’ont précédé viennent de le montrer- d’évoquer le projet lui-même.

Rappelons tout de même que c’est un projet qui va mobiliser le SYTRAL avec un engagement financier de 55 M€ que certains trouvent négligeable mais qui, par rapport à l’ensemble de nos équilibres financiers, ne l’est pas tant que cela. Il y a 21 M€ inscrits à la PPI pour l’accompagnement voirie et espaces publics, là où évidemment les choses et les problèmes vont se poser, aussi pour les Villes -ne l’oublions pas- concernées par l’éclairage public.

Le constat sur les insuffisances et les difficultés de la ligne C3 actuelle est partagé par tous, et cela depuis longtemps. C’est la ligne la plus empruntée du réseau trolleybus et elle pâtit d’une faible vitesse commerciale et surtout d’une régularité peu satisfaisante. Les grands objectifs poursuivis par le projet du SYTRAL et celui sur lequel nous sommes amenés à nous prononcer aujourd’hui, c’est d’abord de garantir la régularité de passage, toutes les six minutes de 7 heures à 20 heures en semaine et de diminuer le temps de parcours de dix minutes alors qu’il faut aujourd’hui une heure de terminus à terminus et aussi -ne l’oublions pas- d’améliorer le confort des usagers et surtout l’accessibilité.

Le projet d’un trolleybus avec double site propre au lieu d’un seul site actuellement va désormais entrer en phase opérationnelle après la déclaration de projet délibérée au SYTRAL le 25 septembre dernier, après l’approbation de la déclaration d’utilité publique qui sera sans doute prononcée vers la mi-novembre puisque les conclusions du commissaire-enquêteur sont déjà connues depuis quelque temps.

Il est bien de repréciser un peu le planning : un lancement des appels d’offres de travaux qui aura lieu fin 2015.

Les travaux préparatoires débuteront début 2016 puis les travaux les plus importants d’infrastructures et de voiries mi-2016, tout cela pour une mise en service mi-2019.

La solution retenue trolleybus et double site propre est la mieux adaptée, je le crois vraiment ; après avoir pensé dans un premier temps que le tramway pouvait être une meilleure solution, c’est la mieux adaptée aux objectifs poursuivis.

D’abord, j’ai entendu qu’il n’y avait pas de concertation. On a l’impression que c’est le seul choix du Président. Je rappelle que le SYTRAL -certes, c’est le SYTRAL mais il y a des élus de toutes sensibilités qui y siègent- s’est prononcé à une très large majorité, à plusieurs reprises d’ailleurs. Il n’y a eu qu’une seule opposition, nous l’entendrons peut-être tout à l’heure, des abstentions, c’est vrai et aussi une non-participation au vote de la part de notre collègue, monsieur Pierre Hémon.

Alors, certes, l’étude de l’hypothèse tramway fera l’objet d’une présentation complète au SYTRAL le 13 novembre prochain, monsieur Pierre Hémon l’a rappelé également. Mais les premiers éléments qui sont portés à notre connaissance montrent un coût de plus de 250 M€, c’est-à-dire cinq foisle coût du double site propre trolleybus, la nécessité également de rupture de charge par rapport au trajet actuel du C3et une réalisation qui ne pourrait être effective qu’à l’horizon 2022-2023 et un gain de temps -puisqu’il a souvent été évoqué- qui ne serait que de 4 minutes par rapport aux 10 minutes du projet trolleybus. Ce serait 14 minutes au lieu de 10, donc 4 minutes supplémentaires. Certains ont fait quelquefois des rapports entre les prix et les minutes ; je les invite à faire des divisions pour toutes ces choses-là. Cela fait effectivement un peu cher la minute supplémentaire pour le tramway.

Donc il n’y a aucune évidence aujourd’hui qui nous conduit à la solution du tramway pour une ligne qui est une ligne de cabotage et qui nécessite un nombre suffisant de stations. On voit bien que le tramway, c’est forcément moins de stations, c’est aussi une certaine inertie. On ne peut pas multiplier les stations avec le tramway, donc on fonctionne autrement. Cela a des avantages mais, sur un trajet qui a beaucoup d’arrêts, ce n’est pas forcément la meilleure des solutions ; je pense que c’est même le contraire. C’est une ligne de cabotage, avec des trajets qui sont aujourd’hui plutôt courts pour les utilisateurs puisque 80 % des utilisateurs effectuent des trajets inférieurs à huit stations et la moitié des trajets est inférieure à quatre stations. Cela donne aussi ce qu’est cette ligne et à quoi elle sert. On ne prend pas cette ligne pour aller d’un bout à l’autre, comme on le fait plus facilement pour une ligne de métro. Donc la réponse tramway, je pense, relève d’un choix un peu rigide, présupposé et qui relève -et on l’a entendu chez quelques-uns mais pas chez tous- davantage de la posture que de la prise en compte des réalités.

Les conclusions du commissaire-enquêteur concernant l’utilité publique, qui ont été rappelées  tout à l’heure pour les minimiser d’ailleurs, je trouve qu’elles sont tout de même importantes. On n’a pas toujours eu ici, dans le passé, des commissaires-enquêteurs qui se sont prononcés de manière aussi enthousiaste, en tout cas de manière aussi positive. Elles sont favorables sans réserve, avec seulement deux recommandations et deux souhaits qui sont ou qui seront pris en compte par le SYTRAL.

Donc aujourd’hui, il faut avancer. Un projet qui est nécessairement complexe -mais tous l’auraient été, certains sans doute un peu plus encore- mais où les problèmes et les difficultés seront nécessairement rencontrés par rapport à la circulation automobile et au stationnement et que certains vont évidemment monter en épingle pour être dans une posture plutôt que dans l’esprit de responsabilité que nous pourrions peut-être avoir dans un choix comme celui-là.

Voilà ce que je voulais rappeler, monsieur le Président. Je remercie la présidente du SYTRAL qui est à ma droite d’avoir mis en place une gouvernance partagée dans l’avancée de ce projet et notamment -c’est la seule fois où je ferai référence à ma Commune en particulier- à Villeurbanne parce que les études de T6 nord qui succède à A7, -je le dis pour mon collègue monsieur Hector Bravo, puisqu’aujourd’hui le nom d’A7 est remplacé par T6 nord puisqu’il est le prolongement de T6- conduiront nécessairement à des trajets et à des espaces qui seront partagés avec la ligne C3, notamment aux alentours de la place Grandclément et qui demanderont une nécessaire anticipation par rapport à un projet qui va se dérouler jusqu’en 2019 et un autre, qui est au stade des études et qui, lui, se déroulera dans un mandat prochain.

Notre vote sera évidemment très favorable à cette délibération.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s