Budget primitif de la Métropole 2017

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Intervention de Damien Berthilier

Conseil de la métropole du 30 janvier 2017

Monsieur le Président, chers collègues,

Lors du débat d’orientation budgétaire, j’avais rappelé que nous allions adopter le budget de la mi-mandat de notre collectivité. C’était le moment de faire un premier bilan de la nouvelle métropole. Nous étions revenus sur ce que la métropole permettait en matière de maintien de l’investissement notamment et de meilleure intégration des politiques. Nous avons pointé le fait que la métropole n’avait en revanche pas permis de faire immédiatement des économies et que nous avions dû supporter les emprunts toxiques du Conseil général.

Le budget d’une collectivité, c’est l’expression des choix politiques qui l’animent. C’est l’orientation donnée à l’administration pour développer le service public. Notre volonté, c’est que la politique puisse conjuguer l’idéal et le réel. Il y a en effet une forme d’aveuglement à opposer les deux, quand tant de nos concitoyens ont renoncé à l’idéal en subissant un réel très difficile. Quand nous avons créé la Métropole c’était pour que nos idéaux d’un bien vivre dans notre agglomération puissent devenir réels. Une métropole qui rayonne ET des habitants qui vivent mieux.

A la lecture du rapport budgétaire présenté ce jour, nous relevons d’abord le souci de la bonne gestion de la métropole. La limitation de la masse salariale, l’augmentation de la capacité d’autofinancement, la baisse de la charge de la dette sont autant d’indicateurs qui montrent que nous avons su répondre à la contrainte de baisse des dotations. Il y a d’ores déjà des marges de manœuvre dégagées.

Sur les investissements, la hausse budgétaire est une bonne nouvelle pour la capacité à investir de la métropole pour le développement de ses territoires. Elle sera cependant jugée à l’aune des réalisations concrètes, car il est souhaitable que les décisions politiques ne soient pas dénaturées par les délais de mise en œuvre ou par des interprétations techniques divergentes.

Dans cette contrainte budgétaire, nous saluons l’effort porté en section de fonctionnement sur les prestations sociales, sur le handicap et sur l’autonomie, même s’il résulte d’une évolution des bénéficiaires. Nous nous félicitons que le budget de l’éducation connaisse une hausse à la hauteur des besoins d’une métropole qui gagne des habitants et qui veut le meilleur pour sa jeunesse. L’augmentation des crédits dédiés au logement est également une réponse positive à la difficulté que trouvent de nombreux jeunes et familles pour se loger dignement.

Ces contraintes budgétaires ne sont cependant pas sans conséquence sur l’ampleur de nos actions. Nous évoquions le mois dernier les baisses de subventions cumulées pour le secteur associatif. Nous pouvons relever d’autres baisses qui interrogent sur leurs conséquences : sur le budget mobilité alors que les voiries métropolitaines sont amenés à augmenter, sur le nettoiement alors que la métropole a signé des conventions avec les villes pour améliorer la qualité du service.

Sur le champ du social, le projet métropolitain des solidarités en cours de finalisation est porteur d’actions intéressantes pour lesquelles il faudra dire quels moyens nous sommes prêts à mettre en œuvre. Si nous répondons aux contraintes réglementaires, sur le plan facultatif beaucoup reste à faire. Il faut que les marges de manœuvre dégagées puissent financer le préventif quand nos actions sont naturellement tournées vers le curatif. Il faut pouvoir répondre à la demande en matière de dépendance par exemple en aidant à l’investissement pour le développement des établissements de personnes handicapées. Nous aidons par exemple à l’investissement pour les collèges privés, pourquoi ne pas faire de même pour d’autres établissements d’intérêt général ?

Évidemment, dans un budget contraint, faire plus ici, c’est accepter de faire moins ou différemment là. Mais sans revenir sur le déséquilibre sur lequel s’est fondé la métropole, il sera difficile de conjuguer de façon équilibrée l’économique et le social, l’urbain et l’humain. Ce déséquilibre, c’est celui d’une collectivité, le conseil général, qui avait, sur beaucoup de politiques (social, éducation, culture, sport, etc.), réduit son intervention au champ réglementaire qu’elle assumait certes bien. Or, la communauté urbaine déployait des politiques économiques et urbaines souvent au-delà de la moyenne des collectivités équivalentes.

C’est donc autour de notre vision du bien vivre dans la métropole que nous pouvons trouver cet équilibre. Parler d’une métropole qui se développe économiquement, qui permette aux entrepreneurs de créer de l’activité. Mais parler aussi à ceux qui se sentent exclus de ce développement ou qui n’en perçoivent pas le plein bénéfice. Le chômeur de longue durée qui ne voit pas d’avenir ;  l’agent d’entretien qui doit quitter son domicile de Vaulx-en-Velin pour se rendre tôt le matin à Saint-Fons et retourner travailler le soir à Vénissieux. La famille nombreuse qui n’arrivent pas à rester en centre-ville, la mère isolée qui doit payer les études de ses enfants en commençant à devoir aider ses parents ou ses grands-parents, l’enfant qui souffre d’asthme dont l’état est aggravé par la pollution, et tant d’autres situations que nous connaissons et pour lesquelles la métropole doit tenir les promesses qu’elle a levé à sa création. Ce sont ces enjeux que nous devons nous attacher à  prendre en compte dans la mise en œuvre de ce budget. Un futur désirable est possible pour tous les habitants de la métropole.

Le groupe la Métropole autrement votera le budget 2017 qui nous est présenté.

Seul le prononcé fait foi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s