Attribution d’une subvention de fonctionnement à l’association Point information médiation multiservices (PIMMS) Lyon Métropole – Année 2016

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Intervention de Claire le Franc 

Conseil de la métropole du 10 novembre 2016

Monsieur le Président, chers collègues,

Les points réformation-médiation multiservices répondaient et répondent encore à des besoins mal ou non satisfaits notamment dans les quartiers de la politique de la ville.

Ils permettent également l’accès à l’insertion professionnelle via les emplois proposés. Ces missions sont importantes et reconnues.

Aujourd’hui je souhaite néanmoins que nous soyons collectivement attentifs et ce à plusieurs titres.

  • Vigilance en effet quant aux enjeux de la lisibilité de nos organisations, collectivités, administrations, service public ou au public partout sur le territoire métropolitain et notamment dans les quartiers populaires.

La qualité de l’accueil est fondamentale dans cette lisibilité, dans l’accès à l’information et l’accès aux droits. Du coup la mise en œuvre du label « maison de service au public » doit nous interroger dans ces questions de lisibilité notamment.

  • Attention à avoir encore par l’accueil des plus vulnérables dans l’effectivité dans leur accès aux droits par des personnes elles-mêmes précaires. Cela nécessite alors un accompagnement fort donc des moyens dédiés idoines.

Si d’une certaine façon une « délégation » de l’accueil des plus fragiles au tissu associatif se formalise et se développe, il faut alors l’assurer. Cela veut donc dire que le tissu associatif, dans ce cadre-là, ne peut développer de modèle économique avec ce fort taux de d’autofinancement alors que le service public ne serait pas lui-même en capacité d’y répondre.

  • Vigilance toujours pour ne pas renforcer la ségrégation sociale et territoriale. Ne pas couper les liens nécessaires, réels et directs entre les institutions, administrations et les réalités sociales sous peine alors de développer des politiques publiques « hors sols ».

À ce titre je vous convie chers collègues, à la lecture d’un article paru en octobre 2016, fruit d’une enquête de  60 millions de Consommateurs en partenariat avec le défenseur des Droits, enquête menée auprès de la Caisse primaire d’assurance maladie, la Caisse d’allocation familiale et Pôle Emploi. J’en cite un extrait : « …Les travailleurs sociaux.., les professionnels de l’action sociale qui subissent de plein fouet la dématérialisation totale de services de première nécessité et se retrouvent à faire à la place de… » et j’ajoute que c’est une réalité à laquelle sont largement confrontés les espaces informatiques des Villes ou des associations.

Plus généralement ces points reformation-médiation multiservice sont aussi le fruit d’un réseau d’entreprises de service public ou au public. Certaines ont par ailleurs également contractualisé avec l’État leur présence directe et effective dans les quartiers populaires. Présence peu ou prou assurée. Du coup ne pourrait-on pas ensemble, à l’échelle de la Métropole dans une conjugaison de la Politique de la Ville, de la Politique du développement économique de l’emploi et de l’insertion les réinterroger sur cette présence. Je pense à La Poste notamment car la question de l’accessibilité bancaire est importante mais cette interrogation peut-être plus large.

Notre groupe votera cette délibération.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s