Intervention de Jean-Paul Bret concernant la liaison autoroutière A89 / A6

cropped-couverture1-e14894030686171.jpg

Intervention de Jean-Paul Bret

Conseil de la métropole du 22 janvier 2018

Monsieur le Président,

Mesdames, messieurs,

Cette première délibération sur les grandes infrastructures nous offre l’occasion de nous féliciter de la prochaine ouverture de la liaison entre l’A89 et l’A6.

Cette liaison vient réparer l’erreur initiale de l’A89. Son raccordement aux autres réseaux routiers n’avait pas été anticipé. Il faut penser les déplacements d’une manière globale, dans une approche en réseau. Cela signifie que si on bouge d’un côté, on bouge de l’autre.

Si on bouge sur l’A89, et bien, on bouge aussi sur l’A47 ou le projet d’A45.

A ce titre, notre assemblée s’était insurgée à l’époque contre ce barreau nord qui vient s’intégrer trop près du cœur de l’agglomération. Il ne faudrait pas renouveler cette erreur pour un projet similaire plus au sud.

Notre groupe se félicite malgré tout de ce raccordement qui va constituer un vecteur de développement important pour toute la vallée de l’Azergues.

C’est un outil pour rapprocher la Métropole de ses territoires voisins et favoriser le développement de ces deux territoires.

C’est le cas aussi pour le nord du département de la Loire et le Roannais qui vont pouvoir accroître leurs échanges avec l’agglomération lyonnaise.

Malgré notre soutien, notre groupe reste vigilant vis-à-vis des fragilités de ce projet. Nous l’avons déjà dit : nous étions favorables à un raccordement plus au nord en face de l’A466. Bien que plus compliquée techniquement, une telle arrivée aurait limité le report du trafic de transit au cœur de l’agglomération.

Il faudra juger sur pièce pour évaluer les conséquences de cette nouvelle liaison sur l’évolution du trafic de transit. Une telle observation sera également utile pour envisager les reports éventuels du trafic de transit à la suite du déclassement de l’A6 et de l’A7.

Une deuxième remarque : ce raccordement vient corriger la lacune originelle de l’A89, cette autoroute qui « atterrit dans les champs » pour reprendre la formule consacrée.

Et comme pour le déclassement de l’A6/A7, nous restons attentifs à ce que gommer une erreur n’en produise pas de nouvelle.

C’est pourquoi nous nous interrogeons sur l’intérêt de l’A45.

L’A89 nous montre bien l’importance du raccordement d’une autoroute au reste du réseau, au-delà même de la question de son tracé.

En l’état actuel du projet, celui de l’A45 n’est pas acceptable.

De plus, avec cette nouvelle voie qui s’ouvre plus au nord, entre la Loire et l’agglomération lyonnaise, quel va être l’intérêt d’une nouvelle autoroute, sœur jumelle de l’A47 ?

Pour conclure, notre groupe votera cette délibération en soulignant les avancées du barreau de raccordement de l’A89.

Mais nous restons attentifs à ce que ce projet, dans son histoire comme dans son avenir, nous servent de leçons pour les futurs projets structurants de notre agglomération.

via 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s