Intervention de Gilbert-Luc Devinaz concernant la contribution de la Métropole de Lyon à la future loi d’orientation des mobilités (LOM)

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

 

Intervention de Gilbert-Luc Devinaz

Conseil de la métropole du  16 mars 2018

Monsieur le Président,

Mesdames, messieurs,

Monsieur le Président, vous nous demandez aujourd’hui notre avis sur la contribution de la Métropole au futur projet de loi d’orientation des mobilités. L’an passée à la même époque notre groupe votait le PDU de la Métropole. Ce PDU contient plusieurs valeurs qui seront, je l’espère, au cœur du futur projet de loi.

Ces valeurs que nous partageons se fondent sur l’idée que les mobilités quotidiennes, la transition écologique et l’intermodalité doivent être les principes fondateurs de toute réflexion en faveur d’un développement équilibré des territoires.

Ainsi, je suis persuadé que pour penser la mobilité du futur, il faut intégrer une double rupture. La première est qu’il faut accorder autant d’importance au mouvement qu’à la sédentarité. Dit autrement, il faut penser notre déplacement urbain pas seulement en fonction de l’endroit où les gens vivent. Mais aussi selon la manière dont ils se déplacent pour travailler, consommer, profiter des loisirs. A ce titre, le document présenté ne prend pas encore suffisamment en considération les déplacements à destination des grands espaces de loisirs comme le Grand Parc de Miribel-Jonage ou celui de Lacroix-Laval.

La seconde est qu’il faut sortir d’une vision binaire voiture contre transports en commun. Il faut se poser la question à travers les mobilités plurielles qui s’offrent à nous en tant qu’usager. Prendre sa voiture individuelle seul ou à plusieurs, prendre le bus ou le métro puis finir à pied, prendre sa voiture et le métro, prendre le train et un Vélo’v.

C’est en jouant sur tous ces leviers d’action, c’est en ouvrant l’éventail des solutions que nous répondrons aux besoins des habitants.

Par plusieurs aspects, la contribution qui nous est proposée ce soir répond à cette attente.

Je pense au fait qu’elle articule le modèle de développement de l’agglomération avec la mobilité des habitants. Je partage l’avis d’interroger notre stratégie de densification en regard des capacités de desserte multimodale. Je soutiens par exemple l’idée qu’il faut réfléchir à offrir des logements à proximité des zones d’emplois ou au moins à s’assurer qu’elles soient facilement accessibles. Je salue les nombreuses références sur la nécessité d’une liaison entre l’agglomération et sa périphérie. Enfin, nous partageons le point de vue du texte sur le rôle de la collectivité dans le développement du covoiturage courte-distance. Il s’agit bien de favoriser un ancrage physique en construisant des aires de covoiturage et en facilitant l’intermodalité. De nombreux élus que je rencontre y compris à l’extérieur de la Métropole sont prêts à soutenir de telles initiatives.

 

Je partage aussi les réflexions menées sur la future révolution de la mobilité que va constituer la voiture autonome. Ce nouveau mode de transport va bouleverser notre manière de penser et d’organiser nos déplacements. Je n’ai pas la prétention d’avoir des solutions mais il est urgent d’en débattre et de poser les questions tant au niveau national qu’au niveau local. Cette vénérable institution qu’est le Sénat l’a fait récemment en séance publique, nous devrions être capable de le faire ici également.

Ces réflexions sont centrales si l’on veut penser correctement à l’avenir de notre territoire et s’assurer du développement équilibré de ce celui-ci.

 

Malgré une satisfaction globale sur ce document, je relève plusieurs points qui m’interrogent et sur lesquels j’aimerais avoir des éclaircissements.

A ce titre, je soutiens la proposition du Comité d’orientation des infrastructures d’organiser un grand débat public sur le contournement de Lyon l’année prochaine. Un grand débat auquel il n’est nulle part fait mention dans le texte d’ailleurs.

C’est sur ce point que j’ai eu le plus de questionnements en lisant cette contribution. En effet, le contournement de Lyon est complètement contourné dans ce texte.

Alors que la nécessité de détourner le trafic de transit du centre de l’agglomération est évoquée à plusieurs reprises, le sujet du grand contournement de Lyon n’est pas abordé.

Alors je pose la question : est-ce que la Métropole a renoncé à favoriser ce grand contournement comme le suggère le rapport du Comité d’Orientation des Infrastructures ?

Plusieurs autres éléments m’interrogent comme la mise en place d’un stationnement payant pour les motos et les scooters. Ou encore la suggestion d’un meilleur taux d’occupation des bus aux heures creuses. Cela signifie-t-il la réduction de la fréquence sur certaines lignes ?

Dernier point de vigilance, c’est celui du rapport à l’exemplarité de notre collectivité. Je m’explique.

La contribution a raison de vouloir développer le covoiturage ou la modulation des horaires de travail pour réduire la congestion. Mais pourquoi ne pas commencer des expérimentations dès maintenant au sein de notre collectivité ? Pourquoi ne pas réfléchir dès aujourd’hui à des voies réservées pour le covoiturage sur le périphérique lyonnais ? Pourquoi ne pas développer une politique plus volontariste sur le télétravail ou la modulation des horaires pour les employés de la Métropole ?

D’un côté, je salue l’attention portée aux déplacements en périphérie, au développement de pôles multimodaux à l’entrée de notre agglomération. De l’autre, je regrette que nous ne lancions pas une expérimentation avec ceux déjà existants comme aux Panettes à Meyzieu.

 

Pour conclure, je me permettrais de soumettre au débat une réflexion. Sur la question des mobilités plus solidaires, il faut être attentif à penser aux effets pervers de certains de nos outils. Ma collègue Claire Le Franc me faisait ainsi remarquer que certaines personnes ne pouvaient accéder aux services d’autopartage faute d’une caution bancaire suffisante. Encore une fois, pour penser la mobilité du quotidien, il faut aussi se mettre au niveau des usagers quotidiens.

Pour conclure, nous nous réjouissons qu’un débat ait lieu dans cette enceinte sur un sujet aussi centrale dans la vie de nos concitoyens même nous restons vigilants au sujet des alertes évoquées. Le groupe La Métropole Autrement soutient donc cette contribution.

Je vous remercie.

Seul le prononcé fait foi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s