Vote du budget primitif, la vigilance reste de mise

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Tribune publiée dans le numéro du MET’ de mars/avril 2018

Le 22 janvier dernier, la Métropole de Lyon adoptait son budget primitif pour l’année 2018. Ce budget est marqué par la mise en œuvre de la loi de programmation des finances publiques, qui impose la négociation d’un contrat avec l’État pour encadrer ses dépenses. Notre groupe tient à souligner le caractère très contraignant de ce processus : la rigidité du contrat ne permettra aucune modulation au regard de la situation de la Métropole. De plus, la loi limite la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2%. Cet objectif est une véritable gageure, la Métropole n’ayant jamais atteint ce pourcentage depuis sa création. L’autonomie financière des collectivités territoriales est mise à mal par cette intrusion de l’État.

S’agissant des choix en matière d’investissement pour 2018, le rythme de la mise en œuvre de la programmation pluriannuelle des investissements (PPI) stagne. Certes les opérations d’ores et déjà annoncées se concrétisent mais nous constatons que le Grand Lyon peine à lancer de nouveaux investissements. La Métropole doit rester une collectivité dynamique qui mène à bien une politique de développement économique et développement urbain ambitieuse.

Par ailleurs, la Métropole ne doit pas centraliser la prise de décision à travers les opérations d’investissement. Les communes doivent être pleinement intégrées au processus décisionnel. La complémentarité entre la Métropole et les communes est la clé pour une action publique plus efficace, plus globale. Nous devons tous, élus communaux et élus métropolitains, être considérés comme responsables de la mise en œuvre de cette PPI.

Le budget d’une collectivité traduit le projet politique qu’elle porte. La Métropole ne doit pas uniquement se concentrer sur le développement économique et le numérique. Elle doit également être un espace de solidarité, en se souciant de la vie quotidienne de ses habitants confrontés aux problèmes de pauvreté, de chômage, de précarité.

C’est donc avec exigence et vigilance que notre groupe a voté ce budget primitif 2018.

Jean-Paul Bret, président du groupe La Métropole autrement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s