Intervention d’Anne Reveyrand concernant le Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés (PLPDMA) 2019-2024

cropped-couverture1-e14894030686171.jpg

Conseil de la métropole du 10 décembre 2018

N°2018 – 3257 : Le programme local de prévention des déchets ménagers et assimilés (PLPDMA) 2019-2024

Intervention d’Anne Reveyrand

Monsieur le Président, chers collègues,

Le constat du rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement de 2016 est alarmant : depuis 1990, il n’y a eu aucune amélioration de l’efficacité matières dans l’économie mondiale qui a désormais besoin de plus de matières premières par unité de PIB qu’il n’en fallait au tournant du siècle. En clair, le découplage relatif entre croissance du PIB et consommation de ressources tant espéré s’est globalement inversé dans le mauvais sens depuis les années 2000. Non seulement nous produisons des biens de consommations mais aussi les déchets qu’ils deviennent dans une course effrénée. Au moins 1 800 milliards de déchets plastiques polluent les océans, agglomérés en une monstrueuse masse qui ne cesse de s’étendre en plein Pacifique. Ce septième continent flottant s’étale sur une surface équivalente à trois fois celle de la France.

Longtemps le déchet a semblé être une production inévitable associée à notre développement. Même sans se poser la question d’une croissance soutenable et heureuse, les mentalités changent et la « déconsommation » pointe son nez. La possession de produits de consommation ne serait-elle plus un indice de Bonheur national brut ?

Consommer devrait signifier assumer la responsabilité du déchet. Or dans notre Métropole, on constate 35% de refus de tri, c’est énorme aujourd’hui. Nous le savions. Mais il est inquiétant de constater que ce taux de refus a fait l’objet d’une augmentation en 2017.

Quand la collecte du déchet révèle des insuffisances, force est de constater que la solution réside dans l’éducation des populations pour le bon geste de tri, et dans de nouveaux dispositifs que la Métropole se propose d’adopter dans le rapport 3221 qui présente le feuille de route 2018-2025 de la Métropole pour l’amélioration du tri des déchets ménagers et assimilés. Un dispositif qui devrait nécessairement faciliter le geste de tri, le récompenser, pourquoi pas ?, permettre le tri dans l’espace public, éviter la « contamination » du bon tri par de mauvais gestes, mettre en place un matériel adapté, une campagne de sensibilisation de grande ampleur, étendre en 2020 les consignes de tri à tous les emballages (plastique, petit aluminium et acier) : les interrogations -et les erreurs- générées par des consignes de tri différentes selon les communautés de communes devraient disparaître.

Nous nous réjouissons de voir enfin cette problématique prise en compte pour améliorer la valorisation matière. Sans doute avons-nous perdu du temps (et de bonnes habitudes) pour avoir attendu d’y être forcé en 2022, date à laquelle nous devrons répondre à la feuille de route Economie circulaire adoptée par l’Etat. En retard, nous serons un peu en avance puisque le processus, sur la Métropole, se mettra en route en 2020. Enfin !

Ce rapport est en lien étroit avec le rapport 3257 d’approbation du PLPDMA 2019-2024, qui est lui-même une brique de l’AAP Zéro déchet Zéro Gaspi. Car cette réduction des déchets ménagers et assimilés passe par un meilleur tri pour une valorisation matière mais aussi par une non production de déchet avec un déchet évité ou une deuxième vie des objets et des matériaux.

Bien sûr, la démarche d’élaboration de ce Plan par une commission ad hoc dont j’ai fait partie avec quelques collègues ici présents, était rendue obligatoire par la loi, mais elle s’inscrivait dans un mouvement de la société entériné par différents textes, depuis la loi Labbé en 2014 jusqu’à la Feuille de route Economie circulaire de 2018, en passant par la loi TECV de 2015 ou la loi relative au gaspillage alimentaire de 2016.

Différents scénarios ont été élaborés et si nous avons choisi le plus ambitieux de réduction des déchets de 8, 7 % (hors gravats) entre 2018 et 2024, c’est qu’il demande quasiment la même intensité d’action tout en présentant un résultat légèrement supérieur. Ce plan d’action, outre qu’il réduira les impacts environnementaux liés aux prélèvements de ressources naturelles et aux émissions de gaz à effet de serre, permettra une maîtrise, voire une diminution, des coûts de gestion et de traitement des déchets (aujourd’hui, un habitant métropolitain produit 373 kg de déchets ménagers et assimilés par an). Il permettra aussi la création d’activités, pour l’économie sociale et solidaire, notamment.

Je ne résiste pas au plaisir d’en citer les grandes lignes : favoriser l’exemplarité des structures publiques (éco-événements, écoles et collèges éco-exemplaires…), étudier l’opportunité d’une redevance incitative, lutter contre le gaspillage alimentaire domestique ou d’activité commerciale, encourager la gestion de proximité des biodéchets (poursuite du déploiement du compostage de quartier, de copropriétés ou individuel) mais pas de projet de mise en route de collecte de biodéchets qui appellent un outil de méthanisation industriel à l’étude dans le Schéma directeur de l’énergie, donner une seconde vie aux objets par la réparation et le partage, promouvoir une consommation écoresponsable (emballages réutilisables et consigne, lutte contre les imprimés non sollicités, etc). Derrière chacun de ces items, des actions concrètes et des partenaires, un chiffrage précis des moyens nécessaires qui rejoint les préconisations de l’ADEME à hauteur de 2 € par habitant.

Je voudrais pour terminer rendre hommage à la volonté de la Conseillère en charge du PLPDMA, Emeline Baume, de créer une instance participative et à son engagement pour faire vivre la Commission consultative d’étude et de suivi CCES du PLPDMA. Et puis, une fois n’est pas coutume, rendre hommage à toutes les structures associatives ou entrepreneuriales qui se sont engagées dans ce processus et qui n’ont pas compté leur temps pour faire des propositions réalistes dans les différents groupes de travail.

Je vous remercie de votre attention.

SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s