Intervention d’Anne Reveyrand concernant le plan d’éducation au Développement durable (PEDD)

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Conseil de Métropole du 18 mars 2019

Délibération 2019-3403 : Plan d’éducation au Développement durable – Actions et mise en valeur des politiques métropolitaines – Attribution de subventions aux partenaires pour 2019.

Intervention d’Anne Reveyrand

Monsieur le Président, chers collègues,

Les mobilisations massives pour le climat que nous connaissons actuellement tant des jeunes, vendredi dernier, que de l’ensemble de la population ce samedi peuvent nous laisser à penser que nous sommes tous sensibilisés à la question climatique et environnementale.

Cette idée me semble largement erronée. D’une part, parce que nous ne le sommes pas tous, on le constate tous les jours, D’autre part, parce qu’être sensibilisé ne signifie pas forcément qu’on a trouvé les clefs pour agir.

Ce PEDD reconduit d’année en année nous prouve chaque jour son intérêt et est plus que jamais une porte d’entrée vers la transition écologique. 65 000 personnes touchées en 2018 : c’est un beau résultat.

Son importance est marquée par le fait que contrairement aux autres budgets, le budget du PEDD est en augmentation cette année, car les différentes directions concernées par les évolutions sociétales trouvent dans ce dispositif un accompagnement certain aux politiques mises en œuvre par la Métropole sur des champs qui se sont élargis.

Les mesures votées dans cet hémicycle ont besoin d’être comprises et adoptées par les citoyens de notre Métropole.

Son évolution d’une prise en compte de l’éducation de l’enfant en milieu scolaire vers une éducation tout au long de la vie qui sache s’adresser à tous les publics est majeure.

Cette éducation-là réclame de réelles compétences professionnelles et les 40 associations avec lesquelles la Métropole conventionne disposent de talents pour opérer la médiation nécessaire pour aller d’un sujet technique vers un sujet sensible. Expliquer ce qu’est un arbre n’a rien à voir avec la compréhension de son rôle dans un espace que l’homme partage avec la nature. Il faut avoir assisté à des séances d’animation pour bien percevoir cela.

Et puis une autre évolution s’est fait jour, celle de l’inscription dans le territoire. Une école n’est pas une île au milieu de nulle part. Elle s’inscrit dans un territoire, avec toutes ses composantes géographiques, topographiques, organisationnelles et son histoire sociale, ses éléments de proximité que sont Conseils de quartier, EHPAD, autres établissements scolaires, services techniques des communes, élus…

Tous, jeunes ou moins jeunes, vivent quelque part et interagissent sur un territoire. Ils sont les habitants d’une commune. C’est là que les actions des communes pour accompagner la transition écologique doivent pouvoir être supports d’actions pédagogiques.

Au début de mon propos je parlais de trouver les clefs pour agir. L’éducation au DD a pour visée un changement de comportement, bien au-delà de la prise de conscience et de l’information rationnelle.

L’EDD c’est une éducation qui met en évidence la complexité des choses et la vision systémique qu’il faut avoir du monde, en termes d’alimentation, de consommation responsable de mobilité, d’énergie, de nature ou d’aménagement, rien n’est véritablement binaire.

L’EDD doit proposer à chacun de s’impliquer dans la vie de son territoire pour que la préoccupation de transition écologique fasse sens. Pour cela, il faut donner les moyens de rencontrer les autres, d’agir avec les autres, de prendre des initiatives. Mais avant de parler du monde, il convient de se pencher sur l’environnement immédiat. Penser globalement, agir localement, vieille formule mais qui garde sens. Passer à l’action dans son environnement immédiat me semble être un moyen sûr de

 Il s’agit de favoriser une éducation critique qui invite à l’engagement, dans toutes sortes de lieux  et dans les projets locaux. En cela, l’EDD est une vraie éducation à la citoyenneté, pour des solutions nouvelles, des changements de vue et de comportement nécessaires à la transition écologique de notre monde. C’est tout le mérite de ce programme.

Le groupe La Métropole autrement votera ce rapport. Je vous remercie de votre attention.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s