Intervention de Damien Berthilier concernant le dispositif d’incitation financière à l’acquisition de vélos à assistance électrique, de vélos cargos et de vélos pliants

cropped-couverture1-e14894030686172.jpgPs-france-2016.svg

 

Intervention de Damien Berthilier

Conseil de Métropole du 13 mai 2019

2019-3450 – Dispositif d’incitation financière à l’acquisition de vélos à assistance électrique, de vélos cargos et de vélos pliants – Attribution d’aides pour l’année 2019

Monsieur le Président, chers collègues,

Cette intervention est commune avec le groupe socialistes et apparentés.

Une bonne délibération en 2018 reste une bonne délibération en 2019, je ne reviendrai donc pas sur les raisons qui nous amènent à la voter une nouvelle fois cette année. Je partage d’ailleurs pleinement ce qu’a dit Marylène Millet sur la question centrale du vol. Je ne vous referai pas cette années le récit épique de ma descente du cours Gambetta car vous avez apporté des améliorations même si un récent passage m’a permis de constater que la peinture ajoutée déjà bien délavée n’enlevais pas tout du sentiment de jungle urbaine dans laquelle les SUV se sentent en haut de la chaîne alimentaire et nous en bas de la chaîne… à vélo.

Je voudrais insister sur la nécessité de promouvoir de façon diversifiée toutes les alternatives à la voiture. Les cartographies de la pollution autour des établissements scolaires montrent que la situation est toujours préoccupante. Il faut rappeler que tout ce qui ne pollue pas sera toujours mieux qu’une masse d’une tonne transportant 70kg et dispersant largement des particules fines.

Tout, y compris toutes les formes de vélo comme ici, mais aussi les trottinettes et autres moyens électriques. Mais promouvoir, ne veut pas dire laisser faire n’importe quoi. L’explosion des trottinettes électriques jetables, rechargées par un nouveau sous-prolétariat, et empêchant les personnes à mobilité réduite de se déplacer montre bien que la puissance publique a un rôle essentiel à jouer. Nous devons retenir les leçons des derniers mois en évitant à l’avenir d’attendre pour réagir face au développement des fausses bonnes solutions.

Mais ne nous détournons pas de l’essentiel : comme je le disais lors de notre dernier conseil : rendre la ville aux enfants, aux piétons, aux cyclistes, aux personnes à mobilité réduite. Cela suppose d’inverser la charge de la responsabilité. Ce ne devrait plus être aux plus vulnérables de se surprotéger, de craindre pour leur intégrité. Des parlementaires ont exhumé la vieille lune du port obligatoire du casque à vélo en ville. S’ils avaient pris la peine de consulter les associations, ils auraient compris que c’est une mesure contre-productive qui risque de faire chuter l’usage du vélo, notamment en libre-service. Ce n’est pas parce que le Vélov a été créé par Gérard Collomb que ce serait devenu une mauvaise idée.

Je prends un exemple pour illustrer l’inversion nécessaire de la protection. Je serais plus en sécurité en portant un casque pour cette séance, pour le cas où un élément du plafond me tomberait dessus. Mais vous reconnaitrez qu’il est quand même mieux de compter sur le fait que des personnes auront procédé à la vérification de la sécurité du bâtiment pour éviter que cela arrive tout court.

Arrêtons de demander aux cyclistes de raser les pistes cyclables et de slalomer entre les portières, et aux piétons d’apprendre à mieux rebondir sur une carrosserie. Construisons une ville pleinement adaptée aux mobilités actives et aidons, comme cette délibération le propose, celles et ceux qui le veulent, à franchir le pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s