Intervention de Gilbert-Luc Devinaz concernant la contribution de la Métropole de Lyon pour le débat public relatif aux aménagements de long terme du nœud ferroviaire lyonnais (NFL)

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Conseil de Métropole du 24 juin 2019

Intervention de Gilbert-Luc Devinaz

Contribution de la Métropole de Lyon pour le débat public relatif aux aménagements de long terme du nœud ferroviaire lyonnais (NFL)

 

Monsieur le Président, mesdames, messieurs les conseillers,

Lors de ma première intervention sur ce sujet, je vous demandais un débat au sein de notre enceinte. Après la commission générale il y a quelques semaines, c’est au sein du conseil qu’il a lieu aujourd’hui. Je m’en félicite.

Je me félicite moins que ce débat public ne soit pas le grand débat multimodal souhaité par le rapport Duron en février 2018. Cela aurait été l’occasion de débattre de tous les grands projets d’infrastructure de l’agglomération lyonnaise. Et ce n’est pas ce qui manque à Lyon en ce moment. D’ailleurs, vous aviez promis des Assises de la mobilité Monsieur le Président il y a quelques semaines. Qu’en est-il de cette promesse ?

Je ne reviendrais pas ni sur l’importance de ce débat pour l’avenir de notre territoire, ni sur le constat de saturation du nœud ferroviaire lyonnais. Au-delà des chiffres, quiconque a déjà pris le TER depuis Saint-Etienne ou Ambérieu sait de quoi je parle.

La Métropole a rédigé un cahier d’acteurs sur lequel nous sommes appelés à nous positionner. Notre groupe est d’accord avec plusieurs des constats et des objectifs de ce texte. Nous sommes favorables à l’hypothèse souterraine. Nous sommes d’accord sur la nécessité d’avancer sur le CFAL. C’est une infrastructure indispensable pour éloigner le trafic de fret du cœur de l’agglomération. Mais plusieurs positions nous empêchent d’apporter un vote favorable à cet avis.

Le document définit une stratégie qui fait de Part-Dieu la gare centrale et unique. Nous sommes favorables au développement de la gare Part-Dieu qui est un pôle majeur de l’agglomération. Nous devons augmenter le son nombre de voies à la Part-Dieu et ses connexions avec les autres modes de transport. Mais cette position me semble excluante. Si la gare de la Part-Dieu est la gare prioritaire, doit-elle être la gare unique ?

Cette position laisse de côté le développement des autres gares lyonnaises. A ce titre, SNCF Réseau a lancé une étude sur la répartition des trafics entre les 3 gares principales de Lyon dont j’ai hâte d’avoir les résultats. En espérant que ce soit avant la fin du débat public.

Alors que le Scot souhaite une métropole multipolaire, alors que la contribution même de la Métropole évoque « le choix de la multipolarité », votre position restreint la réflexion à la Part-Dieu. Cette position est contradictoire alors que vous me semblez être plutôt favorable au « en même temps ».

Cette position me semble surtout contradictoire avec l’évolution de l’agglomération. La Métropole de Lyon évolue. Elle se développe à l’est. Cette partie de son territoire connait un fort développement aussi bien démographique qu’économique. Cela est valable pour les habitants comme pour les entreprises. Et à l’est justement se trouve une infrastructure déjà existante, certes en dehors des frontières administratives.

Saint-Exupéry devient un véritable pôle multimodal : aérien, ferroviaire et routier. Il y a l’aérien bien sûr avec la perspective de pistes supplémentaires ce qui posent un autre problème. Le routier avec l’A432 qui ne demande qu’à recevoir du trafic de transit supplémentaire. Et le ferroviaire. C’est pourquoi le débat public doit se pencher sur le renforcement de Saint-Exupéry pour certaines lignes nationales ou pour les arrivées de l’est de la région voire même de la Loire. Ce matin, lors du Copil en préfecture sur le projet Lyon/Turin, de nombreux participants ont rappelé que Saint-Exupéry est un futur axe stratégique. Pas seulement au niveau régional mais bien au niveau européen.

A ce titre, le discours de SNCF Réseau a changé pendant ce débat. Aujourd’hui, l’entreprise estime que les difficultés techniques à développer les trains TER ne sont plus insurmontables. Elle a même évoqué en réunion publique que la liaison entre Saint-Exupéry et le centre de Lyon était possible par son réseau.

Pour conclure, souhaite-t-on vraiment une Métropole qui se développe seulement dans le centre ? Ne pourrait-on pas envisager des pôles de développement plus équilibrés ? Doit-on renforcer uniquement la Part-Dieu ? Jean-Macé me semble par exemple intéressant pour des trafics du quotidien issus du sud du département. La gare de Vénissieux aussi pour l’est du territoire.

Compte tenu de ces éléments, je regrette que la position de la Métropole ne soit pas plus ouverte. Nous devons élargir la focale au lieu de la resserrer. C’est pourquoi nous nous abstiendrons sur cette délibération.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s