Intervention de Damien Berthilier concernant le boulevard périphérique nord de Lyon (BPNL)

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Conseil de la Métropole du 20 janvier 2020

Délibération n°2020-4086 – Contrat de partenariat pour le boulevard périphérique nord de Lyon (BPNL) – Individualisation complémentaire d’autorisation de programme

Damien Berthilier

Monsieur le président,

Chers collègues,

La délibération de ce jour concernant le périphérique nord nous rappelle les enseignements du passé. Un tel projet pharaonique a un coût environnemental et financier dont on ne mesure pas toutes les implications au moment de son lancement. Ici, les grand-lyonnais paient trois fois : par le péage, par leurs impôts et par leurs poumons. Le discours techniciste consistant à dire qu’on ferait des autoroutes propres relève de la pensée magique, et les habitants de la Croix-Rousse savent ce que deviennent les particules enterrées dans un tunnel. Les voitures ne seront jamais propres aussi longtemps qu’on utilisera une machine d’une tonne pour transporter une personne.

Mais, c’est probablement ma dernière intervention dans cette enceinte, aussi, me suis-je dit qu’il serait plus agréable de terminer sur une fable un peu légère.

 

Le Lion et l’Anneau

En sa belle province, le lion retiré,

Repassait en ses songes, ses rêves recyclés.

Par un anneau magique, qu’il voulait tant boucler,

Dans la lignée des lions, jouait sa destinée.

 

Lion Noir, lion Barre, lion Zizi béton,

Un lion veut toujours imposer du menton.

« Charrettes, charrettes, bon peuple, clamait-il en promesse,

Charrettes pour chacun, charrettes en vitesse ! »

 

Ses gens d’abord conquis, s’inquiètent bientôt

Qu’un excès de charrettes ralentisse le trot.

Et n’engloutisse bien vite, les richesses utiles

A tant d’autres projets, attendant sur la pile.

 

Le royaume suffoque, et bientôt l’univers,

En un brasier géant, semble bien aller vers.

Enfants, vieillards, tous toussent, de tant de particules,

Des charrettes qui avancent mais jamais ne reculent !

 

« Bon peuple êtes dupés, clame lion larmoyant,

L’anneau sera tout propre, et charrettes volant

Vous tournerez plus vite, scientifiquement,

Allant de parcs en parcs, écologiquement.

 

Croyez un spécialiste, du bon fleurissement,

Qui fit démonstration, avec empressement,

Qu’il n’est nullement besoin, de préserver forêts

Quand de gros pots de fleurs, rues brillent désormais. »

 

Le Sieur Tolkien, nous avait avertis,

Que par l’anneau précieux, tous seront pervertis

Monsieur de La Fontaine, proposait dans la fable

Le lion amoureux morale plus affable :

 

« Amour, amour, quand tu nous tiens,

On peut bien dire, Adieu prudence. »

 

 

Un dernier mot encore, une ultime morale

D’une autre de ces fables, pour toutes cours royales,

Que Jean De La Fontaine, raillait à l’infini

Pour Versailles d’hier, et Lyon d’aujourd’hui :

 

« Messieurs les courtisans, cessez de vous détruire :

Faites si vous pouvez votre cour sans vous nuire.

Le mal se rend chez vous au quadruple du bien.

Les daubeurs ont leur tour, d’une ou d’autre manière :

Vous êtes dans une carrière

Où l’on ne se pardonne rien. »

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s