Intervention d’Anne Reveyrand concernant l’Agence locale de l’énergie et du climat

cropped-couverture1-e14894030686172.jpg

Conseil de Métropole du 20 janvier 2020

Intervention de Anne Reveyrand

Délibération 2020-4137 : Agence locale de l’énergie et du climat – Programme général, appui à la plateforme Ecoréno’v, animation du Fonds air bois et éducation à l’eau – Attribution de subvention de fonctionnement  pour l’année 2020

 

Monsieur le Président, chers collègues,

J’interviens au nom des groupes Socialistes et apparentés et La Métropole autrement.

On pourrait dire aujourd’hui : « Jamais sans l’ALEC ! ». Que ferions-nous sans elle ! Que ferait la Métropole sans elle !

L’Agence locale de l’énergie et du climat a pour vocation de favoriser, auprès de tous les publics, des opérations de sensibilisation et d’éducation comportementale visant la sobriété énergétique, des opérations d’efficacité énergétique dans le bâti public et privé, et le développement des énergies renouvelables.

Pour évoquer un autre rapport présenté dans ce Conseil, l’ALEC est venue en appui de la Métropole de Lyon pour faire aboutir le projet de contrat de développement territorial avec l’Ademe, pour un développement des ENR thermiques dans le tertiaire et le logement social : bois énergie, solaire thermique, biogaz… C’est l’ALEC qui a identifié la première vague de projets à maturité, qui a réuni  des projets de petite taille pour une éligibilité au Fonds chaleur de l’Ademe. C’est aujourd’hui 25 % de collectivités, 40 % de bailleurs sociaux et le reste en entreprises et associations, en tout 64 opérations, qui ne demandent qu’à être plus nombreuses dans ce Contrat de développement territorial !

Réseaux sociaux, site web, newsletter, mailing, l’ALEC est passée en 2019 de 4292 contacts à 6282 ! Au-delà du virtuel, les RV sont nombreux, du conseil jusqu’à l’audit, les visites de sites sont explicites, très fréquentées et convaincantes. On connaît aussi dans les communes les Classes Energie, si efficaces dans leur action auprès des enfants mais qui devraient être largement démultipliées.

Pour connaître cette structure depuis ses origines, elle a su conserver le meilleur de ses modes d’intervention, se diversifier, grossir en nombre de salariés, tout en conservant toute sa conviction !

On sait que, dans ce domaine comme dans d’autres, les modes de financement changent. Le désengagement de la Région Auvergne Rhône-Alpes, le retrait de l’Ademe feront naître à compter de 2021 un Service d’accompagnement à la rénovation énergétique, financé par  les CEE (Certificats d’économie d’énergie). C’est grâce à un engagement fort de l’ALEC qu’il verra le jour !

Pour agir auprès des copropriétés, et faire croître le nombre de projets dans ce secteur, l’ALEC a su se tourner vers de nouveaux acteurs les banques, le secteur immobilier…

Elle dispose d’une  bonne capacité d’adaptation et de pragmatisme. Elle nous le montre. Comme beaucoup des agences de cette nature, Espaces Info Energie, nées de structures associatives militantes dans les années 1980, elle a su au cours du temps garder la conviction de ses salariés tout en s’ouvrant aux opérateurs institutionnels de l’énergie qui ont souhaité entrer dans son bureau.

L’étape à venir va être importante car, pour répondre aux objectifs du Schéma directeur des énergies et du Plan climat air énergie territorial, pour répondre à la demande de la Métropole,  sans en devenir un service, elle passe de 19, 4 ETP à 29, 2 ETP.

Il lui faudra accentuer son appui à la plateforme Ecoréno’v, dans la perspective d’une massification des interventions d’écorénovation, poursuivre l’animation du Fonds air bois qui a tant de mal à persuader les propriétaires de chauffages obsolètes au bois à passer à un chauffage au bois performant, mesure importante pour la qualité de l’air que nous respirons ! Autant de délibérations qui nous sont proposées aujourd’hui, tout comme celle qu’il nous faut saluer, de la fourniture d’électricité d’origine 100% renouvelable à la Métropole pour assurer les besoins du patrimoine bâti, et des installations techniques de la collectivité.

Elle devra continuer son action auprès du tertiaire (bureaux, petites entreprises), en dépit du décret  de juillet 2019 qui laisse entière la question des bâtiments de moins de 1.000 m² qui représentent néanmoins près de 70 % du parc concerné.

Le texte remplace en outre l’obligation de travaux performants par un panel de gestes à bas coût, en tablant notamment sur « le comportement des occupants » ou la maintenance des équipements… C’est dommage ! Les assouplissements au texte initial sont de taille ! Encore une fois, le gouvernement aura voulu ménager divers intérêts dans ce défi à la transition énergétique dont il s’affiche pourtant le porte parole !

Pour répondre à un vrai besoin de notre époque et qui semble malheureusement s’amplifier, l’ALEC continuera son action concernant la précarité énergétique aux côtés de partenaires spécialisés comme SOLIHA.

Il lui faudra aussi garder toute sa neutralité aux yeux du public, et son implication, qui au-delà de la pure question énergétique, s’apparente à un mode de développement territorial d’avenir.

La nécessaire transition énergétique s’appuie largement sur ce partenaire précieux qu’est l’ALEC pour le territoire de la Métropole de Lyon. La hausse significative de son budget qui vous est proposée en est une illustration.

Les deux groupes au nom desquels je me suis exprimée, Socialistes et apparentés et La Métropole autrement, voteront ce rapport.

Je vous remercie de votre attention.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s